Démocratie & Socialisme
Navigation

Contribution de D&S pour le congrès du Parti Socialiste

D’abord redistribuer les richesses

Présentation

mercredi 28 mai 2008

 
Voici la contribution générale présentée par Démocratie & Socialisme à l’ouverture, début juillet, du débat préparatoire au congrès du Parti socialiste de novembre.

Nous appelons tou-te-s les adhérent-e-s socialistes à discuter de cette contribution et à la signer - ici .


- D’abord redistribuer les richesses
- I - Le social au cœur
- II - Des institutions démocratiques
- III - Oui, c’est possible


- Signature en ligne de la contribution
- Voir les signataires

Résumé :

Cette contribution générale est un cri du cœur à gauche. Un cri pour que notre Parti socialiste prenne à bras le corps d’abord les questions sociales, ce qui est la condition pour qu’il gagne et regagne enfin les élections :
- Augmenter les salaires, 10 euros de l’heure pour le Smic, 1500 euros, 200 euros pour tous
- Le plein emploi, les 35 h, la défense et la reconstruction du code du travail, des institutions représentatives du personnel, du droit du licenciement
- La retraite à 60 ans pour toutes et tous à taux plein
- La sécurité sociale pour toutes et tous
- Des services publics, renforcés, étendus
- Une fiscalité républicaine, redistributive, directe et progressive.

D’abord redistribuer les énormes richesses de la France d’aujourd’hui. Les caisses privées sont pleines, elles débordent ! 105 milliards d’euros de bénéfices du CAC 40 (doublés en 5 ans), 80 milliards d’euros de plus pour les 500 familles les plus riches l’an passé par rapport à l’an précédent, 65 milliards d’euros donnés aux chefs d’entreprise sous forme d’exonérations, 72 milliards d’euros de niches fiscales, 148 milliards d’euros pris par les profits aux salaires, et les fameux 15 milliards de « paquet fiscal » rajoutés par Sarkozy-Fillon…

Jamais la France n’a été aussi riche et les richesses aussi mal distribuées. Jamais les salariés, qui sont dorénavant 93 % de la population active et produisent toutes ces richesses, n’ont été aussi maltraités et mal payés.

Oui, on peut travailler moins pour travailler tous et vivre mieux. Mais pour cela, il ne faut pas du pseudo « donnant-donnant », il faut reprendre au capital ce qu’il a pris au travail, il faut partager les richesses au service de la plus grande majorité de la population au lieu de laisser se concentrer 50 % du patrimoine national entre les mains de moins de 5 % de la population !

D’où l’importance du droit du travail, des droits syndicaux, de la protection des salariés, de l’intervention de l’état pour faire respecter les lois de la République par le marché. D’où l’importance de reconstruire un vaste secteur public qui pèse sur une économie non pas capitaliste mais mixte à dominante sociale. D’où le fait qu’avec la hausse des salaires, les problèmes pour nos retraites, notre santé, nos écoles, nos logements reculent. Nous voulons faire reculer les impôts injustes (TVA, TIPP…) et valoriser les impôts justes (IS, ISF, IR…).

Nous voulons un changement de société radicalement opposé au modèle néo-libéral réactionnaire actuel. Pour cela il faut une VIe République sociale, parlementaire, démocratique, laïque !

Nous voulons une Europe sociale pas une Europe libérale : une Europe des 35 h et du salaire minimum européen.

Nous voulons une ONU pacifique et démocratique respectant l’égalité des droits entre les peuples, imposant le désarmement général. Nous voulons une OME et une OMS avec de vrais moyens d’action. Nous luttons pour que l’OIT et l’OMC soient deux organismes qui agissent à parité de façon à imposer le droit du travail comme constitutif du droit de la concurrence.

Et pour cela, nous proposons de reconstruire l’union de toute la gauche.


D’abord, redistribuer les richesses

De quel congrès avons-nous besoin ?

Depuis six ans, la droite est au pouvoir. Les dégâts sont considérables et d’encore plus lourdes régressions menacent celles et ceux qui tentent de vivre de leur travail. Pourtant le potentiel de combativité sociale est énorme. 1995, 2003, 2006 : les mobilisations parmi les plus massives de toute l’histoire de notre pays demandent un débouché politique.

Le Parti Socialiste et la gauche doivent y répondre par un programme d’urgence sociale, un meilleur partage des revenus entre les travailleurs et les actionnaires (la part des salaires est seulement de 62,9 % de la valeur ajoutée en 2006, loin des 71,6 % de 1982).

La présente contribution générale insiste sur le cœur de ce programme : redistribuer les richesses, augmenter les salaires et les retraites, réaliser le plein emploi, reconstruire les services publics et développer la démocratie à l’échelle nationale, européenne et mondiale.

En soutenant cette contribution générale, les militants et militantes socialistes lui permettront d’atteindre ses objectifs : que l’essentiel du programme présenté figure dans une motion à vocation majoritaire, rassemblant toutes les sensibilités et contributions générales, qui veulent ancrer le Parti Socialiste à gauche, qui veulent une union de la gauche autour d’un programme de législature, par opposition à toute alliance avec la droite, Modem inclus.

Les socialistes peuvent convaincre la majorité des citoyennes et citoyens. Ils ont un programme pour cela ! Pas un programme libéral, un programme socialiste. Un programme réaliste et gagnant. Le socialisme est une idée neuve.

suite


Toute la contribution :

- D’abord redistribuer les richesses
- I - Le social au cœur
- II - Des institutions démocratiques
- III - Oui, c’est possible


- Signature en ligne de la contribution
- Voir les signataires

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche