Démocratie & Socialisme
Navigation

Des primaires pour un candidat de toute la gauche

samedi 3 octobre 2009 par Paul Quilès

 

Le 1er octobre, vous allez avoir à voter sur le questionnaire présenté par la direction du PS. Ce questionnaire traite de sujets importants, comme l’organisation de primaires pour désigner le futur candidat à l’élection présidentielle, ou le non cumul des mandats. Les 11 questions présentent des ambiguïtés et parfois même des contradictions sur le sens de ces changements, sur les objectifs suivis, sur la ligne défendue.

Il faut donc intervenir fortement dans le débat, pour que ce vote soit l’occasion de bien clarifier les choses et d’éviter qu’une fois de plus, le PS se laisse piéger et affaiblir par la présidentialisation et la logique destructrice de la Ve République. Pour ma part, avec tous les socialistes (et de nombreux autres militants et responsables de l’ensemble de la gauche) qui se sont engagés dans l’initiative « Gauche 2012 », (http://www.gauche2012.org/) je souhaite que ce soit l’occasion de faire avancer nos propositions sur le rassemblement des forces de gauche, dans la perspective d’un nouveau Front populaire.

Voilà pourquoi j’appelle à voter : NON à la question 1-1 (« Etes-vous favorables à la désignation du candidat(e) des socialistes [à la présidentielle] par des primaires ouvertes aux citoyens qui souhaitent le changement en 2012 et veulent participer à la victoire de la gauche ? »)

On voit bien en effet que cette question propose de désigner le seul candidat socialiste en accroissant et généralisant le système des « adhérents à 20 euros », en déconnectant la primaire du choix des alliances et du fond. Tous les discours prétendant que de telles primaires ne renforcent pas la présidentialisation sont trompeurs. Ils cèdent à une mode, préparent un parti « à l’américaine » (machine électorale) et veulent faire croire que le changement de méthode de désignation du candidat dispenserait d’une orientation stratégique et de propositions idéologiques et programmatiques à gauche !

Sans dynamique associant la plateforme, les alliances, le rassemblement de la gauche et le choix du candidat de cette unité à la fin du processus, les primaires sont inacceptables !

OUI à la question 1-2 (« Donnez-vous mandat au bureau national pour organiser ensemble avec les formations de gauche qui le souhaitent de telles primaires dans le cadre d’un rassemblement politique et sur la base d’une plate-forme commune ? »)

Cette question ouvre en effet la voie aux propositions que nous avons faites dans le cadre de « Gauche 2012 » et elle tient compte de certaines des 5 conditions (http://paul.quiles.over-blog.com/article- 35611927.html) que nous avons posées pour accepter des primaires… mais en partie seulement, car il faut que soient mentionnés les associations, les clubs, qui constituent une force militante et de proposition, dont la gauche ne peut se passer.

Voici quelques arguments qui peuvent être utiles dans les débats - Rejeter le changement d’alliance et la dérive vers le Modem.

La fin du mois d’août a été marquée par une offensive visant à imposer, dans un même élan, des primaires et une alliance avec le Modem et rejetant d’un revers de main, une nouvelle alliance à gauche. Il est donc fort probable que certains courants vont faire voter oui à la question 1- 1 et non à la question 1-2.

Pour qu’un choc politique réellement rénovateur à gauche se produise, il faut au contraire que la première question soit rejetée et la seconde nettement approuvée. Un tel résultat affaiblira immédiatement les tenants de la prétendue ligne « Arc en ciel » qui cherche à camoufler une position de retournement d’alliance. Chacun sait bien que ni le PC, ni le PG, encore moins le NPA ne peuvent accepter un accord avec le Modem. Engager vite le rassemblement de la gauche.

Sans même attacher de l’importance au Modem, au demeurant en déclin, avec un Bayrou qui sera de toute façon candidat à la présidentielle, le rassemblement de la gauche est une urgence absolue et il ne se réalisera pas sans un engagement fort du PS, une volonté politique sans faille, une offre sérieuse respectant nos partenaires. Les discours et les voeux pieux ne suffisent plus, il faut des actes.

Voter oui à la question 1-2 : c’est pousser immédiatement à agir dans la perspective d’un candidat unique de la gauche, ou au moins de large rassemblement  ; c’est faire participer toute la gauche politique, mais aussi, comme je le souhaite, les associations, les clubs, les syndicalistes à l’élaboration d’une plateforme de transformation sociale qui obligera tout candidat et lui donnera une force considérable ; c’est la seule voie qui peut conduire à la victoire en 2012.

Eviter le repli frileux sur le PS et préparer son dépassement.

N’hésitez pas à affronter ceux qui font appel à une forme de patriotisme de parti, en prétendant qu’il y aurait un risque majeur, dans le cadre d’un rassemblement entre socialistes, écologistes, communistes et autres forces de gauche, que le candidat unique ne soit pas socialiste. Si tel était le cas, ce serait la preuve d’une crise majeure du PS. Mais alors, le candidat désigné par les seuls socialistes (question 1-1) courrait un autre risque : celui de ne pas être au second tour de la présidentielle… ce qui serait bien plus grave !

Les divisions, la confusion, l’absence de propositions claires traçant une alternative tant pour le présent que pour une sortie de crise anesthésient la gauche et, dans une certaine mesure, le mouvement social.

Votre vote constituera une petite « fenêtre » pour inverser cette tendance. Il faut mettre toutes vos forces dans le débat et voter non à la question 1-1, oui à la question 1-2. La vraie rénovation passe par une nouvelle unité de la gauche !

http://paul.quiles.over-blog.com/ar...

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche