Démocratie & Socialisme
Navigation

Vidéo

La crise, la dette

Rapport sur la dette, présenté le 10 décembre 2011 au comité de rédaction de la revue Démocratie & Socialisme

vendredi 13 janvier 2012 par Jean-Jacques Chavigné

 
Forum, nombre total de sujets : 2
Cliquez sur le titre d'un message pour le lire
 
Forum
Sarko est responsable de 500 milliards de dette supplémentaire : 100 milliards par an, 20000 euros par travailleur, plus qu’un salaire médian annuel. Sa politique injuste et inefficace des cadeaux aux riches et de promotion d’incompétents à son image aux postes de responsabilité (principe de Peter)aboutit à cet immense gaspi. http://www.marianne2.fr/L-homme-qui-a-coute-500-milliards-a-la-France_a214413.html
 La crise, la dette 15 janvier 2012, par Bordeau Laurent
Bonjour, Inexactitude quant à la position du Front de Gauche sur l’audit de la dette. Le Front de Gauche est clairement pour un audit citoyen de la dette. Position rappelée lors du dernier meeting du Front de Gauche à NANTES.

Selon mes sources, Attac qui demande l’audit, c’est à dire de déterminer quelle est la part de la dette légitime et de la dette illégitime, qui aurait pu être évité si il y avait eu prêts par la Banque de France ou par la BCE et non par des banques privées, comme l’a voulu une loi de Pompidou-Rotschild, estime que sur 1 700 milliards d’euros

* 400 sont dus à des une réelle utilisation pour l’intéret général * 1300 sont dus aux intérets des intérets, générés par la loi Pompidou.

Bien entendu ce n’est qu’une estimation, l’audit véritable est demanndé par Attac.

 Etonné 17 janvier 2012, par JJC

Bonjour,

Je suis étonné de votre commentaire.

D’abord parce que je ne vois pas ce que la loi "Pompidou-Giscard" du 3 janvier 1973 à à voir là-dedans. Cette loi a été abrogée en 1994 et la Banque de France a été en 1998 intégrée au Système européen des banques centrales. Or, entre 1994 et 2011, la dette est passée de 43 % à 86 % du PIB.

Ensuite parce que ce ne sont pas les banques privées qui ont fait des prêts à l’Etat mais les Etats qui ont du emprunter sur les marchés financiers du fait des traités européens. Ces traités interdisent à la Banque centrale européenne (BCE) de prêter aux Etats-membres et d’acheter directement les titres de leurs dettes publiques lors de leur émission (article 121.1 du Traité de l’Union européenne). Ils interdisent également (article 125.1 du même traité) aux Etats-membres de l’UE de recevoir des prêts de l’UE ou de se prêter entre eux. Les intérêts de la dette ne sont donc pas générés par la loi "Pompidou-Giscard".

Ensuite parce que l’illégitimité de la dette tient, à mon avis,à son origine : la baisse des impôts des ménages les plus riches et des sociétés. L’effet "boule de neige" de la dette représente environ 1/3 du montant de la dette selon Michel Husson. Cet effet "boule de neige" apparaît lorsque le montant des taux d’intérêts de la dette (hors inflation) est supérieur au taux de croissance.

Enfin, il serait sans doute plus judicieux de parler de loi "Pompidou-Giscard" que de loi "Pompidou-Rothschild" et de laisser cette dernière appellation à l’extrême-droite.

Cordialement,

JJC

 Etonné 19 janvier 2012, par

Oui, votre commentaire me semble correct (si je peux me permettre).

Mais cette loi, est une première pierre, elle jette l’idée que le financement de l’Etat doit passer par des banques privées, ou des marchés financiers, alors même que ces mêmes états disposent de banques centrales, ce qui évidemment aurait amoindri les intérets.

Si la loi a été abolie, ce n’est que parce que la Banque de France a été remplacée par la BCE, mais les rapports entre Etat et banque centrale, placés par la loi Pompidou, et comment ne pas y voir un lien avec le précédent poste de Pompidou à la Banque R., peut importe la religion de son employeur, ces liens indirects sont saugardés.

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche