Démocratie & Socialisme
Navigation

Éditorial de "la lettre de D&S" n°111 - 20 mars 2012

Quand Jean-Luc Mélenchon « reprend la Bastille »

jeudi 22 mars 2012

 

C’est la première fois, en pleine campagne électorale, qu’un candidat osait appeler à une manifestation de rue. Et ce fut une belle réussite : plusieurs dizaines de milliers de sympathisants, sans doute plus de 100 000 personnes ont défilé dimanche 18 mars entre Nation et Bastille.

Deux fois plus de participants qu’à Villepinte le dimanche précédent, malgré tout l’argent dépensé par l’UMP et malgré la pluie car, dimanche il y avait toutes les raisons de scander « Le temps est pourri, le gouvernement aussi ! »

Le centre de gravité de la gauche se déplace à gauche

La manifestation de dimanche va pousser la gauche plus à gauche et c’est tant mieux. Elle va aider à mettre les questions sociales au centre du débat de la présidentielle et c’est tant mieux.

Comme le souligne Hervé Gattegno, rédacteur en chef du Point sur les ondes de RMC, à l’adresse des gens de droite : « Ce n’est pas parce que Nicolas Sarkozy et les siens trouvent subitement toutes les qualités du monde à Jean-Luc Mélenchon qu’il est forcément leur allié »

Bien au contraire car Jean-Luc Mélenchon a réussi à cristalliser toute une sensibilité de la gauche que François Hollande n’arrive pas à fédérer.

Bien au contraire, car cette manifestation fait barrage à la volonté de Nicolas Sarkozy d’abaisser le plus qu’il le peut le niveau de la campagne pour nourrir l’abstention.

C’est sans doute la première leçon à tirer de ce dimanche 18 mars.

Une seule gauche

C’était évident et c’est sans doute la deuxième leçon à tirer de cette manifestation réussie. Tous les commentaires des médias l’attestent : la manifestation du 18 mars mêlait des électeurs de Jean-Luc Mélenchon (sans doute les plus nombreux) et des électeurs de François Hollande, heureux de voir leurs idées « reprendre » la Bastille.

Benoît Hamon le constatait justement : « C’est poreux entre les différentes formations de gauche ». Tous les sondages d’opinion le confirment puisque 90 % des électeurs de Jean-Luc Mélenchon déclarent qu’ils voteront François Hollande au second tour.

Il n’y a pas de concurrence entre « deux gauches » mais complémentarité entre toutes les sensibilités de la gauche pour battre Sarkozy. Affirmer le contraire serait prendre le risque de diviser la gauche et d’entraver la dynamique de victoire au second tour. Face à ce que signifierait la victoire de Sarkozy, pour l’emploi, les salaires, la santé, le droit de grève, l’école…nous sommes tous (PS, FG, Ecologistes, NPA, LO) dans le même camp. Chaque composante de la gauche contribue à la victoire finale

Le meilleur des programmes ne servirait à rien sans la victoire commune. Cette victoire permettra au contraire de faire avancer, en reprenant la Bastille à chaque fois qu’il le faudra, toutes les revendications dans lesquelles 80 % des électeurs de gauche se reconnaissent : VIe République, 35 heures, retraite à 60 ans, Smic à 1700 euros par mois…

En 1936, le Front populaire n’avait dans son programme ni les congés payés, ni la semaine de 40 heures, ni les conventions collectives. Mais c’est la victoire du Front Populaire qui a permis la mobilisation du salariat, la grève générale et amené la majorité de gauche à voter toutes ces mesures.

Rien n’est joué

L’élection présidentielle est l’élection clef de la Ve République. Chacun sait qu’elle déterminera la couleur de la vague qui suivra aux élections législatives : rose-rouge-verte ou bleue. Nous n’avons pas choisi ce cadre, il nous est imposé par la constitution de la Ve République.

Non, le danger d’un nouveau 21 avril n’est pas écarté. En 2002, Jean-Marie Le Pen atteignait 17 % des suffrages exprimés au premier tour alors qu’il culminait à 12 % dans tous les sondages 10 jours plus tôt. C’est parfaitement compréhensible, 30 % des électeurs prennent leur décision dans ces derniers 10 jours. Ce sont souvent les moins politisés, les plus enclins à voter pour le Front National. Marine Le Pen est aujourd’hui aux alentours de 17 % à cinq semaines du 1er tour. Si elle progressait dans les mêmes proportions que son père en 2002, elle se situerait à 24 % le 22 avril. François Hollande, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen se retrouveraient alors dans la même fourchette de 23 ou 24 %. Un vrai cauchemar. Bien sûr, cela n’a rien d’inéluctable. Mais qui pourrait accepter de courir ce risque ?

Il est important, ensuite, que François Hollande soit en tête au 1er tour. L’argument qui voudrait que cela n’ait pas d’importance sous prétexte que François Mitterrand soit arrivé second en 1981 et Lionel Jospin en tête en 1995, ne tient pas la route. C’est faire abstraction de l’image de « gagnant » dont bénéficie Sarkozy auprès des gens de droite. Casser cette image et étouffer dans l’œuf la dynamique de sa campagne de second tour est un enjeu déterminant du 1er tour de la présidentielle.

Sarkozy n’est pas encore battu. Le seul candidat de gauche capable de le battre, c’est François Hollande. Pour nous, socialistes animateurs de la revue Démocratie&Socialisme, il est important que dès le premier tour une forte dynamique se créée autour du candidat socialiste pour assurer sa victoire le 6 mai.

Forum, nombre total de sujets : 9
Cliquez sur le titre d'un message pour le lire
 
Forum

http://avallon.blog.lemonde.fr/2012/03/29/ils-applaudissent-delanoe-mais-votent-melenchon/

Ils applaudissent Delanoë mais votent Mélenchon

Roger, le père, est ouvrier, sa fille Alexandra est directrice adjointe de centre de loisirs et Sébastien, son gendre, est maître-nageur. Avec Yvan, un ami stewart, ils comptaient parmi les quatre cents personnes venues écouter Bertrand Delanoë, mercredi 28 mars, dans la salle du marché couvert d’Avallon.

Ils ont hoché gravement la tête lorsque le maire de Paris a évoqué "les 5 millions de Français inscrits à Pôle emploi" et "les femmes touchées de plein fouet par la précarité". Hué le nom de Sarkozy chaque fois qu’il a été prononcé. Sifflé les "16 millions d’euros de bonus" votés au patron de Publicis. Applaudi à l’espoir de "revivre le 10 mai 1981". Mais ils ont aussi entendu Bertrand Delanoë expliquer que "la situation de la France est trop grave pour se laisser aller à la facilité", que "la gauche a le devoir de redresser les finances publiques", que "François Hollande a le courage de la vérité" avant d’exhorter chacun à voter utile dès le premier tour : "Je vous le dis avec gravité : il n’y aura pas de victoire de François Hollande le 6 mai s’’il n’y a pas de victoire de François Hollande le 22 avril".

Puis Roger, Alexandra, Sébastien et Yvon se sont retrouvés devant le buffet dressé au fond de la salle. Ils voteront Hollande, c’est sûr. Mais seulement au deuxième tour.

"On a quand même le droit de choisir au premier tour celui qui nous fait vraiment envie. Pour moi, c’est Mélenchon", dit Roger.

"Moi aussi, j’ai envie de voter pour lui. Et en même temps, je me souviens de 2002 et ça me fait quand même un peu peur" soupire Alexandra.

"Ecoute, Mélenchon, il représente quand même plus la gauche, lance Sébastien. Moi, ce qui me plaît chez lui, c’est qu’il arrive à faire réadhérer le monde ouvrier à la gauche. Et là, comme par hasard, quand Mélenchon grimpe, Marine Le Pen baisse. Alors, Mélenchon, on doit l’écouter".

Yvan renchérit : "J’ai toujours voté socialiste, mais là, je suis convaincu par Mélenchon. Surtout que j’ai eu la chance de pouvoir discuter un peu avec lui l’autre jour dans l’avion qui le ramenait de la Réunion". Yvan a trouvé "très bien" le discours du maire de Paris mais, ajoute-t-il, "On nous a encore beaucoup parlé d’efforts. Et les efforts, ce n’est plus à nous de les faire".

"Il faut toujours des contre-pouvoirs, même à gauche, souligne Sébastien. Et si Mélenchon fait un bon score, Hollande sera obligé d’en tenir compte". L’argument porte. "C’est sûr que je n’ai pas envie de me retrouver en France avec seulement deux grands partis qui se ressemblent, comme aux Etats-Unis. Les petits candidats, ils sont là pour dire ce qu’on ressent vraiment, c’est important de les faire exister", conclut Alexandra.

Tout bien réfléchi, ce sera quatre voix pour le candidat du Front de gauche.

 Le Monde chez les bisounours 29 mars 2012, par Smith
On ne pourrait pas avoir un peu de politique de la part des zélateurs !

Extrait d’un article de Thomas Coutrot, co-président d’ATTAC, sur Médiapart :

"Quatre candidats de gauche ont répondu à Attac sur la ratification du nouveau traité européen, le « Pacte budgétaire » qui veut engager l’Europe dans l’austérité pour des décennies. Alors que Nicolas Sarkozy prétend que ce traité serait « trop compliqué » pour faire l’objet d’un référendum, François Hollande a refusé de nous répondre. Exigeons de ces candidats qu’ils acceptent et organisent le débat ! Nous invitons tous les citoyens à leur faire cette demande par courriel en vous rendant sur cette page"

.

Les arguments de GF sont trop compliqués pour moi. Comme FH, qui en appelle à la "logique" de "ses" électeurs pour lui donner une dynamique dès le premier tour !??? Il y en a quand même un : "le défilé de la Bastille va obliger FH à gauchir son discours" qui aurait pu éventuellement me convaincre, sauf que FH refuse obsessionnellement de le faire, quel que soit le résultat du premier tour. Je vous laisserai donc avec votre programme libéral de droite au premier, comme au second tour, et je voterai FdG !
 Quand Jean-Luc Mélenchon « reprend la Bastille » 25 mars 2012, par Camille, Montpellier

Continuez comme ça et c’est même pas au second tour _ à supposer que François Hollande y soit - que je voterai pour lui !

Faire ainsi campagne ouvertement CONTRE LA HAUSSE DU SMI c’est INDIGNE de DEMOCRATIE et SOCIALISME !

Pour ma part c’est certain. Les candidats du PS c’est plus jamais.

Souvenez vous du 4 février 2008 !

comprend pas D&S est pour le smic à 1700 euros, comme la CGT

Nous, les militants, qui font le travail quotidien de nos candidats, devons travailler ensemble à la victoire de la gauche. Non plus au sommet mais dans nos organisations et associations où la gauche est rassemblée.

Nous sommes unis pour faire sortir un étranger en situation irrégulière des geôles et autres centres de rétention. Nous poussons dans le même sens pour empêcher une classe de fermer, nous signons les mêmes pétitions, nous militons dans les mêmes associations, nous sommes présents dans les mêmes manifestations. Je vois bien les petites phrases assassines entre nos candidats et leurs conseillers, les média à l’affût d’une divergence qui font leurs gros titres, la droite jetant de l’huile sur les feux de la division qu’ils allument, tout ceci va nous mener à la catastrophe.

Si notre but est identique nous devons trouver les moyens d’unifier nos forces.

Je suis totalement d’accord avec cette position. En effet que la "gauche de la gauche" se rassemble et décide de mener campagne autour d’un candidat unique, tant mieux si cela met fin à l’atomisation en partie sectaire qui la ravageait depuis deux ou trois décennies. Mais il lui faut comprendre qu’il faut d’abord battre Sarkozy dès le premier tour et que seul Hollande et la gauche rassemblée autour de lui, à travers des comités de soutien unitaires par exemple, pourrait y parvenir en créant un élan dans le pays qui ouvrirait d’autres perspectives alors à la "gauche de la gauche" qui se renforcerait par cette logique d’alliance ce qui ne l’empêcherait pas ensuite de présenter, de défendre ses propres thèmes et de se construire sur une base plus large. Sinon, une nouvelle victoire de Sarkozy sera ressenti comme un enième échec..

Citation :"Le centre de gravité de la gauche se déplace à gauche" OUI, et c’est grâce à Mélenchon qui a quitté le PS et fait campagne sur des bases de gauche et non social-libérales comme Hollande. L’échec de Filoche et de son groupuscule interne au PS est patent. Ce n’est pas lui qui a tiré la campagne à gauche, ce n’est pas de son groupuscule ou de ce qui reste de la "gauche du PS" dont les travailleurs de ce pays parlent, mais de Mélenchon.

C’est Arnaud Montebourg que Hollande vient de mettre en avant et non un membre de D.S (ou ses alliés) et pour cause il a mené campagne sur les mêmes thèmes que Mélenchon ce qui prouve que c’était lui le candidat de gauche efficace et non Aubry, soutenue par D.S dans les primaires. Encore une défaite de D.S.

Citation :"la manifestation du 18 mars mêlait des électeurs de Jean-Luc Mélenchon (sans doute les plus nombreux) et des électeurs de François Hollande" C’est pathétique de tenter de faire croire que le succès de Mélenchon est en fait celui d’Hollande. S’il avait dit auparavant qu’aux meetings de Hollande il y avait aussi des électeurs de Mélenchon, on aurait pu à la rigueur comprendre, mais ce n’est pas du tout le cas. Quelle hypocrisie risible.

Citation :"80 % des électeurs de gauche se reconnaissent : VIe République, 35 heures, retraite à 60 ans, Smic à 1700 euros par mois…" Tous ces points sont ceux de Mélenchon, Hollande est contre et fait campagne contre, Filoche et D.S ne le disent pas. Le vote du premier tour est un vote positif, de proximité politique, si on est pour ces propositions on vote Mélenchon, pas Hollande.

Citation : "Non, le danger d’un nouveau 21 avril n’est pas écarté" Le coup du vote utile, le pire à gauche, celui de tous les socio-libéraux. L’utilisation de la peur du F.N est un classique de la manipulation des hiérarques du P.S. Que D.S ose employer cette méthode est édifiante sur son impuissance et sa panique politique. Si Mélenchon réalise un gros score au premier tour ce sera une nouvelle crise politique pour son groupuscule et sa ligne de rester au P.S.

Citation : "Il n’y a pas de concurrence entre « deux gauches " Ce qui peut empêcher Hollande de mener, entre les deux tours une campagne vers le centre-droit, ce sera le gros score au premier tour de Mélenchon. Sinon il faudra courir après les électeurs de Bayrou, C’était la stratégie prévue au départ par Hollande. C’est une évidence pour absolument tout le monde sauf pour le groupuscule D.S ! C’est l’échec de la ligne de Filoche et cie. Ne pas le reconnaître les discrédite complètement. Ils pourrait dire qu’un maximum d’électeurs de gauche doivent se mobiliser pour les candidats de gauche au premier tour puis se rassembler au deuxième derrière le meilleur. Mais non, il défend sa position dans le P.S au détriment des principes de gauche. Peu à peu la logique d’appareil le mange comme ce fut le cas de tous les autres courants de gauche du P.S qui y sont restés longtemps.

Mais ne vous inquiétez pas. Si Hollande est au deuxième tour face à Sarko, D.S utilisera l’argument du fort vote pour Mélenchon au premier tour pour peser sur la campagne de second tour de Hollande en faveur d’une ligne de gauche et non d’un rapprochement avec Bayrou. C’est pourquoi il est impossible à D.S de se développer réellement dans le P.S alors que ce groupuscule en est membre depuis près de 20 ans. Encore un échec non reconnu...

TIENS ON A UNE AGENCE DE NOTATION qui s’en prend a nous. D&S en echec. Ca doit etre S&P au moins car ils nous enlèvent le AAA, le BBB, et ne nous laisse meme pas le CCC...

se ^place t on sur son terrain ? doit on lui répondre que le "groupuscule" D&S est quatre ou cinq fois plus important que le PG ?

c’est marrant qu’il y en ait qui n’ont que ça à faire, se rejouissent-ils de la montée du FdG, c’est aussitôt pour expliquer que c’est nous, gauche socialiste qui descendons, des obsédés anonymes... mais obsédés

quand comprendront-ils que TOUTE MONTEE REELLE des masses commence par renforcer le PS, plus grand parti de gauche en mesure de la capter,

et la gauche socialiste en profite

bon allez, en effet, attendons le 22 avril et le 6 mai, la preuve du pudding c’est quand on le mange

Bonjour Monsieur Filoche, Après avoir lu votre texte et les réponses que vous apportez aux différents intervenants, j’aurais quelques questions :

Bonsoir voici mes réponses une par une

Vous écrivez : « Jean-Luc Mélenchon a réussi à cristalliser toute une sensibilité de la gauche que François Hollande n’arrive pas à fédérer » Vous êtes-vous demandé pourquoi ?

Réponse GF : – Parce que la campagne de François Hollande n’est pas assez à gauche, pas assez ferme sur les grandes questions sociales 35 60 1700 20, trop pressionnée par la violence du social libéralisme, l’establishment, (même s’il est davantage » jospiniste » que « 3e voie » et tant mieux, en son temps le gouvernement Jospin était le plus à gauche d’Europe, il y avait une « cagnotte publique », 3 % de chômeurs en moins, les 35 h,… ) Je voudrais lui conseiller de parler des droits des salariés, du code du travail, de la précarité, de la lutte centrale contre le chômage de masse, des salaires, des 35 h, de la retraite sans décote… il y a des millions de voix, là qui attendent parmi les salariés entre 900 euros et 1500 euros. N’empêche, je fais tout de toutes mes forces pour qu’il soit en tête le 22 avril et gagne le 6 mai.

Vous écrivez : « des millions d’électeurs socialistes vont voter Hollande tout en pensant depuis longtemps ce que Mélenchon dit aujourd’hui… » Pourquoi ces millions d’électeurs seraient-ils inconséquents ?

Réponse GF : – Ils ne sont pas du tout inconséquents, ils ont raison, ils pensent qu’avec Sarkozy ils auront 45, 70, 1000, et 600 smics. Avec la gauche on n’a pas tout ce qu’on veut, mais avec la droite on a tout ce qu’on ne veut pas. Ils y perdront leur 5e semaine de congés payés et le statut d’emploi de la fonction publique. Ils préfèrent donc quand même Hollande avec 35 timide, 60 limité, 1200 ou 1300 et une tranche à 75 %. Ils savent parce qu’ils sont réalistes : que SEUL Hollande peut gagner. Ils sont matérialistes. Normaux. Et savent qu’ils ont plus de chances ensuite avec Hollande pour obtenir davantage ce qu’ils veulent qu’avec Sarkozy. Les 40 h et les congés payés n’étaient pas dans le programme du Front populaire… et pourtant… Vous avez été syndicaliste ?

Vous écrivez : « jour après jour j’essaie de peser partout par tous les moyens comme je peux, comme ON peut, D&S, pour faire que François Hollande fasse la meilleure campagne possible. » Quels sont, à l’heure actuelle, les résultats tangibles de votre ”poids” ?

Réponse GF : – Difficile à apprécier, mais on fait le taf, tous nos réseaux travaillent, distribuent sur les marchés, collent, nous faisons des « notes », des meetings, des articles chaque jour, des débats, des mels, des téléphones privés, des RV, des tweets, j’ai fais perso 29 réunions, je fais le tour de France, ça remonte, on travaille, on a de bons retours et cela signifie que ça compense les autres pressions inverses type Valls, Cahuzac… des soirs je suis content parce qu il y a des bons signes, d’autres soirs, ce soir, à cause de Toulouse, je suis inquiet (pas de la concurrence avec le FdG ca ne me soucie pas, non, j’ai peur qu’on perdre TOUS !)

Vous écrivez : « Sarkozy est plus dangereux que Le Pen à nos yeux », est-ce la raison pour laquelle le PS laisse le FdG aller seul au charbon contre le FN ?

Réponse GF : – Oui, je n’ai jamais partagé les approches de Mélenchon (même quand on était ensemble dans la GS) qui voulait « interdire » par la loi le FN… Sarkozy est pire (= Thatcher et Reagan qui ont embrassé le National Front et généré les Tea party). Le capitalisme français veut Sarkozy et se sert de le Pen comme aiguillon. Mais UMP = FN en pire car ce sont eux qui ont le pouvoir, font le mal et Sarkozy est capable en plus s ‘il le faut de s’allier demain avec le FN ! Sarkozy est le pire président de la VE République, le plus pervers, le plus corrompu, le plus anti social, le plus cynique ami de 1 % les riches du Fouquet’s, capable de manipuler jusqu’à la téléréalité se rendant à 100 m du sinistre meurtrier de Toulouse mercredi a-m dans l’espoir d’être là et de faire une déclaration s’il se rendait. Pouah !

Vous écrivez : « Qu’il y ait 10, ou 11, 12 % et plus pour la candidature FdG c’est excellent […] ça nous aide [...] à minoriser les Valls (5 % seulement aux primaires) et Cie qui veulent l’alliance en priorité avec le Modem. » Pourquoi Valls est-il porte-parole de campagne de François Hollande ?

Réponse GF : – C’est un vrai problème ! Le plus gros. Valls dessert Hollande. Il n’a eu que 5 % des voix aux primaires, c’est vous dire si ses propos droitiers sont appréciés. Cahuzac aussi. Parlez en autour de vous. Et l’autre jour sur France inter Michel Sapin ne fut vraiment pas bon (cf article de Ph. Cohen) Les médias de droite les préfèrent à nous, à D&S. Hollande doit croire bon, à ce jour, de prendre quelqu’un comme ça. L’establishment voit les choses ainsi. C’est plus présentable. J’ai la vanité de penser que si Hollande m’invitait à agir d’une façon ou d’une autre à ses côtés, il gagnerait un million de voix… mais il ne le sait pas, il ne le croit pas et son entourage actuel s’y opposerait farouchement… Faut qu’on bosse encore plus !

Et ma dernière question : à votre avis, pourquoi Jean-Luc Mélenchon a-t-il « déserté » (j’ose espérer que le terme a dépassé votre pensée) la gauche socialiste, le 6 novembre 2008 ?

Réponse GF : – Non non l’expression correspond à mon/notre vécu, on l’a vu comme ça. C’est dommage, 59 % des électeurs socialistes ont vote « non » au TCE. Il y a eu 18,5 % des voix pour la gauche socialiste à Reims. Le travail fait si longtemps par la Gauche socialiste, avec D&S, pouvait fructifier. Qu’en dire ? Il devait se sentir usé à tenter de gravir la montagne, il a préféré monter sur la colline à côté.

question subsidiaire : Préférer un vote par défaut à un vote d’adhésion (quoi que dans le secret de l’isoloir…), c’est perdre ses convictions à l’entrée du bureau de vote et ne pas s’étonner de ne pas les retrouver à la sortie.

Réponse GF : – vous êtes bien électoraliste… pas moi. In fine je ne crois qu’en un rapport de force social. Cette élection présidentielle est antidémocratique par nature, (elles le sont toutes dans la Ve République, mais celle la mille fois plus que les autres) elle n’a JAMAIS été un vote « d’adhésion », même en 1981 pour Mitterrand. Elle fonctionne de manière binaire, par rejet. Regardez le cirque qui s’est passé aujourd’hui, la téléréalité sarkozienne exploitant outrageusement à chaud éhontément les meurtres de Toulouse, c’est fait pour empêcher les votes de « conviction » comme vous dites..

Réponse subsidiaire de ma part : – GF : enfin une chose qui m’inquiète, c’est le « gauchisme » (au sens léniniste) de nombreux novices du PG qui devraient mieux se préparer à l’unité pour le soir du 22 avril jusqu’au 6 mai

bien à vous, GF

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/03/28/le-ps-hesite-sur-sa-strategie-face-a-jean-luc-melenchon_1676717_1471069.html

EXTRAIT : Reste qu’une élection se gagne au second tour. Et dans cette perspective, le cas Mélenchon est jugé plus inquiétant. "Au premier tour, Jean-Luc nous arrange car il joue les rabatteurs pour la gauche. Au second, il peut nous nuire en servant d’épouvantail à moineaux. Plus il sera haut, plus Hollande devra lui donner des gages, plus Sarkozy pourra agiter le spectre du communisme et plus cela nous sera difficile de rassembler au-delà de la gauche", prévient un proche du candidat socialiste.

Le débat a rebondi mardi au bureau national du PS, où Laurent Fabius a préconisé de se montrer offensif à l’égard de plusieurs propositions du Front de gauche, comme la régularisation des sans-papiers, la nationalisation de Total ou la tenue d’une assemblée constituante. "Il n’y a aucune raison, alors qu’il est soutenu par la droite, qu’on encourage sa progression en ne faisant rien", a déclaré en substance M. Fabius.

Il y a 5 ans vous en avez convaincu beaucoup de voter utile,on avait été tellement choqués par le 21 avril 2002...

Et vous avez eu ensuite l’arrogance de claironner que le PS représentait les 17 ? % qu’avait obtenus S. Royal.

Pas question cette fois-ci de nous convaincre de voter Hollande, et je ne comprends pas ce que vous et vos camarades de D&S faites encore au PS. Si on conserve la politique actuelle , si on continue à raisonner avec l’économie mondiale , financiariée,que vous dénoncez, on ne peut pas proposer vos revendications ou celle du Front de Gauche.

Si les gens que vous aviez pu convaincre ne votent plus PS, c’est qu’ils ont vu les gouvernements PS gouverner après 2008, ils ont vu les films sur la crise de 2008, comme Inside jobs, ils savent bien que certains s’enrichissent de façon impensable et que c’est toujours le peuple qui paye la note. Je pense à la pièce de Lordon... Si je cite un article du Canard sur Publicis et les gains de Mme Badinter, je vais me faire traiter de populiste d’extrême droite, comme ça m’était arrivé il y a 5 ans !

Que répondez vous à l’enquête des ouvriers d’ Arkéma et à leur visite au QG de campagne du candidat PS ? L’argument que leur assène celui qui les reçoit, c’est celui de Collomb et du régime soviétique.

http://www.la-bas.org/mot.php3 ?id_mot=257 EMISSION DU 6 AVRIL ARKEMA ET LES VAUTOURS II

http://www.france.attac.org/les-marches-ou-les-citoyens-qui-decide

Je me répète, mais Dolez et Généreux sont plus cohérents que vous et ils ne peuvent plus dire qu’ils appartiennent au même parti que Collomb ou d’autres...

Ne soyez pas trop arrogant, car non seulement on ne votera pas utile au 1er tour, mais on n’ira pas voter au second

Agathe Cailhau

Des militants PS à la Bastille, sous la pluie, alors que FH était à deux pas au Cirque d’hiver ? Vous niez la réalité. Votre vote "utile" est un déni de démocratie et une prise de conscience que votre programme ne convient pas à une majorité de gens de gauche.
- Votre retraite à 60 ans avec 41.5 années de cotisation ? Avez-vous fait le compte ? Il faudrait être sûr d’avoir un emploi en CDI à 18,5 ans et ce, sans diplôme et sans période de chômage !! Avec des années d’études, c’est reculer d’autant la date de départ en retraite. Réfléchissez un peu. Qui peut avaler de telles couleuvres ? Certainement pas ceux qui sont dans la nasse !
- Vos annonces au Bourget, suivies de celle devant la City... J’arrête là, il est inutile de continuer. Le 22 avril, c’est le peuple qui décidera et ne comptez pas sur moi (comme sur d’autres) pour vous donner l’absolution (et ma voix) au deuxième tour. Le seul vote utile, c’est celui qui est utile au Peuple et pas au postes.

« La manifestation du 18 mars mêlait des électeurs de Jean-Luc Mélenchon (sans doute les plus nombreux) et des électeurs de François Hollande »

Vos parenthèses sont grossières, autant que votre culot et votre aveuglement.

Quant à votre *menace* conduisant au « vote utile », il ne faudrait pas que la peur vous pousse à souhaiter la remontée de Le Pen ... Les raisonnements stratégiques éloignés des idées mènent parfois très loin, trop loin.

Vous votez Hollande parce vous croyez qu’il est « le seul candidat de gauche capable de battre Sarkozy » ?

Non, c’est le contraire.

Vous croyez qu’Hollande est « le seul candidat de gauche capable de battre Sarkozy » parce que vous votez pour lui.

 Quand Jean-Luc Mélenchon « reprend la Bastille » 22 mars 2012, par Fabien, Paris (militant PS qui votera Mélenchon)

Moi je suis convaincu qu’appeler ainsi qu vote utile c’est courrir à la perte de la gauche...

que le meilleur l’emporte à gauche le 22 avril..

Et le meilleur de toute évidence c’est celui qui par exemple s’engage pour la hausse du SMIC ou la retraite à 60 ans...

François Hollande ne peut en aucun cas gagner avec son programme social libéral..

C’est impossible..

Alors déconnez pas à Démocratie et SOcialisme..

Ouvrez donc les yeux ....

En tout cas pour faire voter Hollande il faut trouver des arguments sérieux...

car la depuis que la machien au vote utile est lancée visiblement c’est l’effet inverse quise produit..

Faut pas confondre c’est toujours un appel à l’unité. Si ce n’est pas un faux nez qui envoie cette supplication, je dis tout net : je préfère les menaces de pilori avec écriteau infamant. Et soignez votre orthographe.
Je rejoins votre commentaire et vôterai très vraisemblablement Mélenchon au 1er tour. J.L. Mélenchon a déclaré en substance que lorsque, sous prétexte de vôte utile, on laisse ses idées à la porte du bureau de vôte, il ne faut pas s’étonner d’être déçu à la sortie. Je ne contribuerai pas pour ma part à la substitution d’un programme néo libéral par un programme social libéral ne comportant dans les faits que peu de différence avec le précédent. Je souhaite vivement que la gauche (au sens noble du terme) remporte les élection. Mais je sais dors et déjà aussi que si c’est le candidat dit socialiste qui remporte l’élection, je n’aurai pas grand chose à en attendre ; j’en suis d’ailleurs au point d’envisager le vote blanc au deuxième tour - sauf à considérer le moment venu qu’il faille faire barrage à l’extrême droite.
 Quand Jean-Luc Mélenchon « reprend la Bastille » 31 mars 2012, par Camille, Montpellier

De mon côté, et j’aimerais que Gérard Filoche réfléchisse bien à ce que j’écris et tourne la prochaine fois 100 fois sa langue dans sa bouche avant d’écrire des sottises aussi grosses qu’un éléphant, le peuple de gauche veut une AUGMENTATION des salaires et donc du SMIC (ce n’est qu’un exemple).

Hollande ne veut pas répondre à ça, même pas sur le mopntant et quand j’entend des bons petits soldats du néolibéralisme teinté d’un zeste d’humanisme dire "C’est à prendre ou à laisser" comment dire, la question du vote Hollande ne se pose pas un centième de seconde...

Dans ces conditions la, beaucoup, beaucoup d’électeurs du Front de Gauche pourraient se dire, devant tant de mépris, pourquoi aller voter au second tour, à supposer bien sur (il faut toujours envisager les cas d’école) que Hollande soit qualifié, ce qui au vu de ssa campagne ras des paquerettes pour rester poli est plus qu’improbable.

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche