Démocratie & Socialisme
Navigation
Accueil   Social 

Canicule et lundi de pentecôte

Quel culot : ils sont responsables et ils veulent maintenant le faire payer aux salariés !

samedi 7 mai 2005

 

Médecin, je remplaçais un confrère, du premier au 31 Août 2003. J’ai donc travaillé pendant 15 jours en pleine canicule (40° à l’ombre).

Raffarin était en vacances à Chamonix et de nombreux ministres se reposaient à l’ombre des cocotiers.

Chirac devait être au Canada...

Cela ne les empêche pas de tenter de nous culpabiliser ; ils sont pourtant bien les seules responsables de l’ampleur de la catastrophe sanitaire et de ses 15000 décès

Depuis le très « humaniste » Bernard Kouchner, la politique des ministres de la Santé depuis des années consiste à fermer les petits hôpitaux, à fermer de nombreux lits, à ne pas recruter suffisamment de personnel soignant et désormais à introduire la privatisation du service public hospitalier.

Si les services d’urgences étaient débordés, c’est bien en raison de la politique des libéraux.

Nous étions, nous les rares médecins généralistes sur le terrain (la plupart étaient en congé sans remplaçant car les médecins remplaçants son rares, numerus clausus oblige).

Déshydratation, malaises... et la seule arme que nous avions c’était de répéter sans cesse et inlassablement : « il faut boire 2 à 3 l d’eau par jour, de supprimer les diurétiques, de tenter d’équilibrer les traitements ou ... d’appeler le SAMU. C’était dingue !

Il m’est arrivé de ne pas pouvoir rédiger mon ordonnance tellement je dégoulinait juste après avoir monté 4 étages sans ascenseur ; car il existe des petits vieux qui vivent dans des studios au quatrième sans ascenseur. Mais le ministre du logement est un excellent communicant...

Quant aux maisons de retraite, est ce de la faute des salariés si elles n’étaient pas équipées de climatiseurs ?

Les urgentistes voyant mourir au sein même de leurs services nos retraités ont alors rapidement tiré la sonnette d’alarme. Et le ministre de la santé Mattei de retour de vacances active les plans blancs : 12 jours après le début de la canicule !

Ils ont même été jusqu’à cacher les chiffres. Mais chasser la vérité par la porte elle revient par la fenêtre. Bilan : 15000 décès reconnus en octobre.

Et maintenant, ce serait aux seuls salariés de payer pour leur politique libérale ?

Le lundi 16 mai défendons efficacement nos petits vieux en faisant grève pour les retraites la sécu, l’emploi et les salaires. Manifestons contre la catastrophe libérale !

Frank Barot, Médecin et ancien urgentiste

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche